Le producteur et l'éditeur sont ceux qui sont à l'initiative d'une œuvre. Leur rôle est vital et souvent très mal connu. 

Ma vision de la production

Pour beaucoup, le producteur n’est qu’un financier. C’est le type qui va payer pour que le film se fasse.

Rien n’est plus loin de la vérité, surtout en France.

Tout d’abord, le producteur joue souvent un rôle important dans la phase de création. Sans interférer avec l’auteur, il doit s’assurer que le scénario puisse avoir l’attention des chaînes de télévision, car il est de nos jours impossible de boucler un budget sans elles.

Mais il doit aussi veiller à ce que les intentions de l’auteur qui l’ont séduit et convaincues de produire cette histoire ne se retrouvent pas broyer par les impératifs divergents de tous les financiers du film (ou de la série).

Opposer les producteurs aux scénaristes et aux réalisateurs relève d’une vision archaïque, à l’opposée de la mienne.

 

Ce que je produis

Si je produis souvent ce que j’écris et réalise (mais pas tout le temps), j’aime également produire des projets que je n'ai pas conçu mais que j'aimerai voir sur écran.

Produire est pour moyen un moyen extraordinaire de participer à des aventures palpitantes à partir d'idées que j'aime mais n'aurais pas pu développer, car pas dans mes couleurs.

J'en retire toujours un incroyable plaisir et une grande satisfaction.

 

Et l'édition dans tout cela ?

En 2014, convaincu par l'importance qu'aller prendre le Transmédia dans la manière de financer et de raconter des univers (et non plus seulement des histoires), j'ai diversifié les champs d'activité de ma société. Anima Studio Productions est donc devenue un studio de narration polymédia. En d'autres termes, on raconte des histoires sur tous les supports : cinéma et télévision, bien entendu, mais également l'internet et la littérature.

Par conviction écologique, nous n'éditons qu'en numérique : pourquoi continuer à dévaster nos forêts ou avoir recours à des camions roulants au diesel pour approvisionner les points de vente quand la technologie nous permet de l'éviter ? Si nous voulons changer les choses nous devons changer nos habitudes de production ET de consommation.

La croissance du marché des livres numériques depuis 2 ans montre que nous avons eu raison d'anticiper cette évolution.

Cette diversification nous permet également d'envisager des œuvres multi-canaux, ainsi que tous les transfères d'audience qui vont avec.

Enfin, comme pour la production, cela me permet de participer à mon niveau à des œuvres que je n'aurai jamais faites mais que j'aime.

 

Partagez cet article en 1 clic sur :

{

RESTONSCONNECTÉS


}